Les prévisions de croissance modeste de Netflix jettent le voile sur le streaming

Alors même que les dirigeants de Netflix ont cherché à rassurer les investisseurs dans une interview vidéo jeudi sur le fait que ses perspectives à long terme pour les médias en streaming restent brillantes, avec sa série populaire Bridgerton de retour pour une deuxième saison et un film de science-fiction mettant en vedette Ryan Reynolds à venir, les actions ont glissé.

À la fin de l’entretien de 45 minutes sur les résultats, l’action Netflix avait baissé de plus de 20%, jetant un voile sur l’industrie du divertissement. Les analystes de Wall Street et les propres dirigeants de la société ont eu du mal à expliquer pourquoi le service de streaming mondial dominant prévoyait une croissance modeste pour les trois premiers mois de 2022, alors que beaucoup avaient anticipé un retour à un gain trimestriel prévisible et pré-pandémique.

“Il est difficile de dire exactement pourquoi notre acquisition n’est pas revenue aux niveaux d’avant Covid”, a déclaré le directeur financier de Netflix, Spencer Neumann. “C’est probablement un peu juste un surplomb global de COVID qui se produit encore après deux ans d’une pandémie mondiale dont nous ne sommes malheureusement pas encore complètement sortis, une certaine tension macroéconomique dans certaines parties du monde, comme l’Amérique latine, en particulier.”

Netflix prévoyait des gains de 2,5 millions d’abonnés au cours du trimestre de janvier à mars, soit environ les deux tiers des 4 millions de clients ajoutés au cours de la même période un an plus tôt. Les analystes de Wall Street ont souligné une concurrence accrue et un retour à la normale plus lent que prévu après les distorsions de la pandémie comme facteurs possibles.

L’analyste de Pivotal Research Group, Jeff Wlodarczak, a déclaré que Netflix et d’autres services qui ont ajouté des abonnés pendant le verrouillage de la pandémie au début de 2020 – y compris Disney + et Peloton – ont du mal à retrouver l’équilibre après des gains démesurés.

“Le streaming n’est pas terminé, c’est l’avenir”, a écrit Wlodarczak. “Et aujourd’hui, le streaming a encore un pourcentage relativement faible de téléspectateurs mondiaux.”

D’autres ont vu les prévisions en sourdine de Netflix pour le premier trimestre comme un signe d’intensification de la concurrence – bien que le co-PDG Ted Sarandos ait déclaré aux investisseurs : “Nous n’avons pas vu d’impact sur notre engagement. Cela vous amènerait classiquement à regarder la concurrence.”

Les services rivaux, tels que Disney+ de Disney, HBO Max de WarnerMedia et Amazon Prime Video, dépensent des milliards en contenu pour attirer les abonnés.

“La réalité est que le marché du streaming est devenu saturé”, a écrit Mike Proulx, vice-président de la recherche chez Forrester. “Cela se traduit par plus de choix pour les consommateurs, qui sont de plus en plus préoccupés par les coûts globaux de leurs abonnements au streaming.”

Bien que 90% de la croissance de Netflix devrait provenir de l’extérieur de son marché domestique, les analystes suivent de près comment la dernière augmentation de prix de Netflix, qui a fait grimper le coût d’un abonnement mensuel à 15 $ (environ 1 110 roupies), affectera les abonnements aux États-Unis. et Canada.

“Il sera important d’évaluer si Netflix peut conserver les abonnés à des taux historiques maintenant que leur niveau le plus populaire coûte le même prix que HBO Max après leur dernière augmentation de prix”, a écrit Joe McCormack, analyste chez Third Bridge, “Alors que nous nous dirigeons vers un 2022 année que beaucoup semblent croire viendra avec une saturation globale des abonnés à la vidéo en streaming.”

Le co-fondateur de Netflix, Reed Hastings, a déclaré aux investisseurs qu’il y avait amplement de place pour la croissance, car le streaming remplacera progressivement la télévision traditionnelle au cours de la prochaine décennie ou des deux prochaines.

“Pour l’instant, nous voulons simplement rester calmes”, a-t-il déclaré.

© Thomson Reuters 2022


Leave a Comment