Des scientifiques du LHC du CERN observent trois particules “exotiques” pour la première fois

Des scientifiques travaillant avec le Grand collisionneur de hadrons (LHC) ont découvert trois particules subatomiques jamais vues auparavant alors qu’ils s’efforcent de déverrouiller les éléments constitutifs de l’univers, a annoncé mardi le centre européen de recherche nucléaire CERN.

Le LHC de 27 kilomètres de long (16,8 miles) au CERN est la machine qui a trouvé la particule de boson de Higgs, qui, avec son champ d’énergie lié, est considérée comme vitale pour la formation de l’univers après le Big Bang il y a 13,7 milliards d’années.

Aujourd’hui, des scientifiques du CERN affirment avoir observé un nouveau type de “pentaquark” et la toute première paire de “tétraquarks”, ajoutant trois membres à la liste des nouveaux hadrons découverts au LHC.

Ils aideront les physiciens à mieux comprendre comment les quarks se lient pour former des particules composites.

Les quarks sont des particules élémentaires qui se combinent généralement par groupes de deux ou trois pour former des hadrons tels que les protons et les neutrons qui composent les noyaux atomiques.

Plus rarement, cependant, ils peuvent également se combiner en particules à quatre et cinq quarks, ou en tétraquarks et pentaquarks.

“Plus nous effectuons d’analyses, plus nous trouvons de types de hadrons exotiques”, a déclaré le physicien Niels Tuning dans un communiqué.

“Nous assistons à une période de découverte similaire aux années 1950, lorsqu’un ‘zoo de particules’ de hadrons a commencé à être découvert et a finalement conduit au modèle quark des hadrons conventionnels dans les années 1960. Nous créons le ‘zoo de particules 2.0′”.

Dans un autre développement, dix ans après avoir découvert le boson de Higgs, le Large Hadron Collider est sur le point de commencer à écraser des protons à tous les niveaux d’énergie dans sa quête pour révéler plus de secrets sur le fonctionnement de l’univers.

Le collisionneur de particules le plus grand et le plus puissant au monde a redémarré en avril après une pause de trois ans pour des mises à niveau en vue de sa troisième course.

À partir de mardi, il fonctionnera 24 heures sur 24 pendant près de quatre ans à une énergie record de 13,6 billions d’électronvolts, a annoncé l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) lors d’un point de presse la semaine dernière.


Leave a Comment